Le secret du coffre bleu – L. Dion

Bonjour!

Lorsque j’ai appris que l’humoriste Lise Dion avait publié un livre, j’ai été très intriguée. Je m’attendais à ce que ce soit une comédie, mais la lecture de la 4e de couverture m’a immédiatement démontré que ce ne serait pas le cas. Mais, même si elle n’est pas dans son élément naturel, l’auteure s’en tire très bien et nous livre un récit touchant.

Le secret du coffre bleu par Lise Dion
Éditions Libre expression, 2011
211 pages, 25$

Résumé de l’éditeur:

«À la mort de sa mère adoptive, l’humoriste Lise Dion découvre dans un coffre bleu qui avait bercé son imaginaire d’enfant une partie cachée de la vie de cette femme qu’elle a tellement aimée : sa mère aurait été religieuse et aurait été arrêtée en France pendant la Seconde Guerre mondiale. Le choc passé, Lise a voulu comprendre ce que sa mère avait vécu et elle a commencé une recherche qui a duré plusieurs années. Malgré les nombreux écueils de cette démarche, elle a inventé la vie que sa mère a probablement vécue en s’appuyant sur certains faits historiques et témoignages. Sous la forme de quatre cahiers retrouvés au fond du coffre bleu, Armande se dévoile à nous et laisse un héritage inestimable à sa fille unique, Lise.»

Mon avis

Ici, il ne s’agit pas d’une fiction, les personnages, les narratrices ont bien existé. C’est dans une biographie romancée que Lise Dion nous présente non seulement la vie de sa mère, mais aussi sa relation avec celle-ci. En fait, dès les premières pages, alors que l’auteure nous raconte les premiers moments de son deuil, on sent sa tristesse de l’avoir perdue. Bien que l’auteure donne habituellement dans l’humour, elle réussit bien à nous transmettre la gamme d’émotions par lesquelles elle et sa mère sont passées.

Structure du livre

Le premier chapitre est narré par Lise qui raconte comment elle a vécu ses premiers moments de deuil et la découverte du coffre bleu qui lui a permis de mieux connaître sa mère et de partager avec son public une partie de la vie d’Armande.

Dans les autres chapitres, c’est Armande qui nous raconte son vécu, de sa jeunesse jusqu’à sa vie avec Lise et le père de celle-ci. On y découvre sa vie de religieuse et surtout sa vie de prisonnière de l’armée allemande durant la Seconde Guerre, le tout se terminant par un message à sa fille.

Le récit se conclut par un épilogue dans lequel Lise Dion s’adresse aux lecteurs et remercie sa mère.

L’histoire :

En ce qui concerne les deux chapitres dont Lise est la narratrice, je les ai bien appréciés, car ils permettent de connaître une autre facette de l’humoriste tant aimée du public québécois. Peut-être que, si l’auteur m’était inconnue, je les aurais trouvés inutiles, coupant trop avec l’histoire présentée. Ce n’est pas que je sois «fan finie» de Lise ou adepte du potinage, mais je trouvais que ça ajoutait plus une dimension de familiarité avec l’auteure, ce qui n’aurait pas nécessairement été le cas avec un autre écrivain.

J’ai aimé lire cette histoire de la Seconde Guerre, telle que vécue par Armande. Ce n’est pas le premier récit que je lis sur la guerre 39-45, mais le fait que la protagoniste de celui-ci était québécoise m’a donné un éclairage différent sur le sujet. Je mentionne aussi que l’auteure s’est beaucoup investie dans ce projet. En plus de s’inspirer des cahiers de sa mère, elle a fait de nombreuses recherches et a rencontré quelques personnes qui ont connu les évènements racontés. Donc, bien que ce soit une biographie romancée, on sent un grand souci de réalisme de la part de l’auteure.

C’est intéressant aussi d’en apprendre davantage sur la vie de couvent et sur la façon dont les religieuses étaient traitées à l’époque, entre autres lorsque la guerre a pris fin. Il y a des éléments qui m’ont réellement surprise. Je n’irai pas plus loin, car je ne veux pas trop en dire, mais ça m’a un peu choquée!

Le style

En ce qui concerne le style, c’est excellent pour un premier roman. En fait, il n’y a rien de révolutionnaire au niveau du style, mais pour une humoriste, qui bien qu’elle ait écrit de nombreux spectacles en est à ses premiers pas en littérature, c’est un début prometteur. La structure est simple, mais le texte est précis. Le lecteur sait tout ce qu’il y a à savoir, sans qu’il y ait trop de passages inutiles, même si j’avais hâte d’arriver dans la partie sur la Seconde Guerre mondiale.

Bref, c’est un roman agréable qui se lit très bien!

À bientôt,
Sunflo 🙂

Publicités

2 réflexions sur “Le secret du coffre bleu – L. Dion

    • J’ai été intriguée par ce livre pour les mêmes raisons que toi. Si tu te laisses tenter, tu me tiendras au courant. Je suis curieuse d’en connaitre davantage d’avis.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s