Le poids des illusions – M. Houde

Bonjour!

J’ai profité des vacances pour avancer légèrement ma PàL. J’ai donc lu ce roman policier qui est là depuis une couple d’années… et je comprends pourquoi il était resté dans ma PàL et que je ne l’avais toujours pas terminé!

Le Poids des illusions par Maxime Houde
Lévis, Éditions Àlire, 2008
465 pages, 16$ (Québec)

4e de couverture:

«La mort de Kathryn, sa femme, a plongé Stan Coveleski dans une terrible dépression. Il a beau vouloir donner le change à Emma, sa secrétaire voit bien que son patron a tout abandonné… sauf l’alcool ! Certes, il mène un semblant d’enquête pour une cliente pas commode, mais l’affaire se présente mal et le détective récolte surtout des coups sur la tête, gracieuseté entre autres du lieutenant-détective Caron, un ancien collègue qui ne l’a jamais porté dans son coeur.
Amoché, sans le sou, Coveleski ne réagit pas au départ d’Emma, qui n’en peut plus, ne se défend pas quand il est de nouveau tabassé par deux voyous, ne proteste pas quand il est évincé de son propre appartement…
Réfugié dans une chambre minable, errant de bars en clubs et de verres en bouteilles, c’est bientôt d’une cellule que l’extirpe le sergent-détective Maranda, qui décide alors de s’occuper de lui en l’aiguillant sur une enquête bien particulière. Mais il sait qu’il sera malaisé de sauver Coveleski de ses vieux démons, et encore plus de le soulager du poids de ses illusions.»


Mon avis:

Ce roman se divise en deux parties distinctes. D’abord, « La Chute de Coveleski » qui occupe environ les 170 premières pages porte bien son nom. Le détective doit enquêter sur la disparition d’une femme et de sa fille. Il abandonne pratiquement cette enquête, se contentant plutôt de combler sa soif d’alcool! Dans la seconde partie, « La chute de Couture », Coveleski se fait confier une nouvelle enquête. Monsieur Vaucaire l’engage pour savoir si son fils est impliqué dans le décès de son ami Couture. Lorsque  le détective se retrouve suspecté du meurtre de Barette, une 3e enquête débutera.

En lisant ce livre, je m’attendais à un polar, mais ce n’est pas vraiment ce que j’ai lu. En fait, Stan Cowalsky est plongé dans le désespoir et s’intéresse peu à sa première enquête, ce qui fait que cela s’avère très long pour quelqu’un qui s’attend à lire un roman le maintenant en suspense et à mener une enquête. Heureusement que le dernier tiers compense pour le reste, point de vue intrigue.

Par contre, niveau style, j’ai trouvé ce roman très bien! L’auteur entraîne le lecteur dans le Montréal de la fin des années 40, avec les Royaux au baseball, Maurice Richard chez le Canadien. Bien que je n’aie pas vécu cette époque, je m’y croyais et je voyais bien certaines références à cette période. Pour ce qui est de la profondeur du personnage, on comprend bien la déchéance du héros et, surtout, on voit que, avec l’aide de ses amis, il essaie de s’en sortir. Tout l’aspect humain de ce livre est bien rendu.   Le problème, c’est que toute l’histoire est basée sur celui-ci.

Bref, j’ai été déçue de ma lecture. Par contre, je suis certaine que si je m’attendais à lire autre chose qu’un polar, j’aurais pu apprécier.
Je n’ai pas lu les autres histoires mettant en vedette ce personnage. Peut-être devrais-je en lire un autre, question de me faire une meilleure idée.

À bientôt,
Sunflo

Publicités

Une réflexion sur “Le poids des illusions – M. Houde

  1. Pingback: Êtes-vous un lecteur éclectique? | L'Univers de Sunflo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s