Mémoires d’une enfant manquée – B. Pilote

Bonjour à tous!

Mémoires d’une enfant manquée est atterri dans ma PàL car le titre et le synopsis m’ont interpellée. Par ailleurs, j’aime bien découvrir des nouveaux auteurs et encourager les nouveaux talents, surtout lorsqu’ils sont québécois. Alors, je n’ai pas pu résister à l’achat de ce premier ouvrage de Brigitte pilote. C’est le Challenge « Un mot, des titres» que Callypso a organisé, cette fois autour du mot enfant, qui me l’a fait sortir de ma PàL.

Mémoire d’une enfant manquée (2012)
Brigitte Pilote
Éditions Stanké
160 pages

4e de couverture

1974. Jeanne, fillette dotée d’un verbe coloré et d’une impitoyable lucidité, refuse d’être une enfant, le nom que les adultes donnent à leur progéniture « pour nous rapetisser au lieu de nous élever ».

Elle aspire à devenir un grand homme comme Jésus Christ et Jacques Cartier, avec qui elle partage ses initiales, ou encore comme ce rescapé des camps venu libérer les femmes d’ici. Confrontée aux adultes peu responsables qui peuplent son univers, Jeanne apprendra à oublier sa petite personne pour cultiver le devoir de mémoire.

Un petit mot sur l’auteure :

Titulaire d’une maitrise en littérature, Brigitte Pilote a jusqu’ici plutôt consacrée sa carrière au milieu télévisuelle où elle a été rédactrice, recherchiste et auteure. Ce roman est le premier de l’auteure.

Mon avis :

Je dois dire que ce roman ne rejoignait pas du tout mes attentes et je n’ai pas accrochée à cette histoire. Avant d’aller plus loin dans mon avis, je vais vous faire un court résumé de ce roman, car la 4e de couverture n’est pas très révélatrice de celle-ci.

D’abord, pour mieux vous situer, je vous précise que cette histoire se divise en trois parties que l’on pourrait appeler « avant », « pendant » et « après ».

Dans la première partie, on apprend à connaître Jeanne. Cette fillette n’a pas d’amies, car elle n’en veut pas. Elle ne se reconnaît pas au travers des fillettes de son âge : ce sont des enfants, ce qu’elle n’est pas.

Un jour, elle déménage avec ses parents et son petit frère, et c’est la que commence la seconde partie de l’histoire. La petite famille emménage dans une commune Aucun des adultes présents ne s’occupent des nombreux enfants, à l’exception de celui ayant pour tâche de leur « enseigner» et qui devient un modèle pour eux.

La dernière partie présente en fait un tournage racontant la vie de Jeanne dans la commune. On revit donc, différemment, certains évènements racontés plus tôt. Ce qu fait que cette partie est assez répétitive et vient allonger inutilement le récit.

En bref, on suit une bonne partie de la vie de Jeanne à travers différente anecdotes ayant plus ou moins de lien entre elles. Il est difficile de situer exactement la séquence des événement dans le temps. Il est impossible de savoir la période écoulée et de savoir l’âge de Jeanne lors de chaque événement.

Quand j’ai entamé ma lecture, je ne m’attendais pas à ce type d’histoire. Il faut dire que, avec cette quatrième de couverture, il est difficile d’imaginer précisément l’histoire qu’on va nous raconter. Je m’attendais à ce qu’on pousse davantage la psychologie de Jeanne, dans un quotidien plus normal ou typique d’une enfant de son âge. Mais ce n’est pas le cas et présenté comme elle est, je ne peux guère m’attacher à Jeanne, ni à aucun autre personnage de ce récit. C’est d’ailleurs une des raison de mon manque d’intérêt pour cette histoire.

Par contre, Brigitte Pilote a un style intéressant à lire. C’est Jeanne qui nous raconte son histoire et généralement on situe bien son état d’esprit et les logiques de son raisonnement. L’auteure rend bien l’évolution de son attitude et de ses réflexions tout au long des évènements vécus, même si les réflexions ne cadrent pas toujours avec l’âge de la fillette. Toutefois, comme elle dit ne pas être une enfant, cela peut aider à créer l’impression d’une enfant sans âge. Car on voit que ses pensées évoluent, mais très rarement on peut percevoir son âge ou le nombre d’années s’écoulant.

Ce roman est très bien écrit, la lecture est fluide. Donc, malgré le fait que je n’ai pas trop accroché à l’histoire, je n’ai pas eu de mal à poursuivre ma lecture. Par ailleurs, comme il s’agit d’une succession d’évènements, tout défile très rapidement, donc on a pas eu le temps de s’ennuyer, même si on n’est pas nécessairement curieux de savoir ce qui va se passer par la suite.

À bientôt,
Sunflo

Ce roman a été lu dans le cade des challenges suivants :

Un mot des titres     Mon Québec en septembre     PàL à Zéro

Cliquez sur les images pour en savoir plus.
Publicités

4 réflexions sur “Mémoires d’une enfant manquée – B. Pilote

    • Oui, le titre était tentant en effet. Mais, bon, tu es avertie que c’est étrange, ça t’aidera peut-être à apprécier. Je suis bien curieuse de connaitre d’autres opinions à ce sujet.

    • Avec un roman québécois sorti cette année même, je me disais qu’il y avait de fortes probabilités que je sois la seule à le lire. Je crois que ce fut le cas pour chacun de mes 3 participations à ton challenge.
      J’espère qu’à ma prochaine participation, je tomberai sur un meilleur titre par contre 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s