Avent 2012 – jour 17 : 10 films incontournables

Bonjour à tous !

Dans 4 jours, c’est la fin du monde le début des vacances. Voilà qui nous donnera le temps de se plonger sous les couvertures avec un chocolat chaud et de profiter la programmation spéciale des diverses chaines de télé généralistes ou spécialisés.

Alors, pour vous, je vous présente mes 10 films incontournables de cette période. Évidemment, je ne mentionnerai pas le fameux Les 12 travaux d’Astérix et autres films faisant partie de la programmation de Ciné-Cadeau, ayant déjà consacré un article à celle-ci.

Ceux que je vous présente, sont ceux qui malgré les années me captivent encore, alors il ne sera pas question de Home Alone, que je n’ai plus plaisir à regarder. D’ailleurs. Les titres proposés sont présentés durant les fêtes, mais ne sont pas nécessairement en lien avec cette période de l’année.

 

tsuziub8

Sissi (1955)

Au mois d’août 1853, la princesse Ludovica de Bavière et deux de ses filles Hélène et Sissi se rendent à la Kaiservilla, à Bad Ischl, la résidence d’été impériale ; Hélène doit être présentée à son futur époux François-Joseph.

Au cours d’une promenade, Sissi va rencontrer par hasard l’empereur, qui ne la reconnaît pas (elle est sa cousine germaine, mais ils ne se sont pas vus depuis 3 ans, lors de vacances en famille à Innsbruck). Elle tombe amoureuse et compromet alors le mariage de sa sœur avec François-Joseph d’Autriche car celui-ci l’aime également et malgré la désapprobation de sa mère, l’archiduchesse Sophie.

Rien à voir avec Noël, mais on nous présente tout de même cette trilogie chaque année. J’ai découvert ce film tout de même récemment, si on tient compte du fait qu’il a été produit en 1955. En fait, j’ai suivi pendant un moment une série animée racontant les aventures de cette célèbre impératrice. C’est ce qui m’a donné envie, quelques années plus tard de me plonger dans la trilogie. Bien que j’aie une préférence pour le premier titre Sissi, j’aime également les suivants : Impératrice Sissi (1956), Sissi face à son destin (1957).

annie-5863

Annie (1982)

La petite Annie est orpheline. Joyeuse et décidée, elle entre dans la vie d’un milliardaire, Oliver Warbucks, qui souhaite l’adopter. Mais un couple de petits truands, Rooster et Lily, appâtés par une promesse de récompense et aidés par Miss Hannigan, sœur de Rooster et directrice de l’orphelinat où vit Annie, se font passer pour ses parents.

Étonnamment, enfant, à une époque où je détestais tout ce qui était comédie musicale, j’aimais bien ce film. Il faut croire que je me suis attachée à cette jeune héroïne puisque j’ai encore pris plaisir à le visionner la fin de semaine dernière.

miracle+1

Miracle de la 34e rue (1947 / 1994)

Doris Walker, employée de la chaîne de magasins Macy, cherche désespérément quelqu’un pour jouer le rôle du père Noël afin d’animer sa boutique pendant les fêtes. Elle embauche finalement Kris Kringle, un hurluberlu qui prétend être le vrai père Noël. Devant le scepticisme de son employeur, mais aussi de la fille de celui-ci, Susan, Kris décide d’aller au tribunal pour apporter publiquement la preuve de son identité.

Je suis certaine que vous connaissez tous ce classique. De mon côté, c’est avec la version de 1994 que j’ai découvert ce titre, mais cette année, j’ai le gout de regarder sa première version datant de 1947. En voyant ce film, on peut presque y croire au père-Noel.

mary-poppins1287781010

Mary Poppins(1965)

Rien ne va plus dans la famille Banks. La nurse vient de donner ses huit jours. Et ni Mr. Banks, banquier affaire, ni son épouse, suffragette active ne peuvent s’occuper des enfants Jane et Michaël. Les enfants passent une annonce tout à fait fantaisiste pour trouver une nouvelle nurse. C’est Mary Poppins qui répond et apparaît dès le lendemain, portée par le vent d’est. Elle entraîne aussitôt les enfants dans son univers merveilleux.

Je triche un peu, mais il me semble qu’il y a quelques années qu’on ne nous a pas présenté ce film que j’écoutais religieusement chaque année lorsque j’étais enfant. J’espère bien pouvoir le regarder cette année.

alisan-porter-440-e1331569987189

Suzie Frisettes (1991)

Un clochard et sa fillette adoptive gagnent l’affection d’une riche avocate en séjournant chez elle à la suite d’un accident de la circulation.

La plupart des films familiaux que j’écoutais enfant, comme Home Alone, on nettement perdu leur intérêt au fil du temps. Toutefois, celui-ci, je l’apprécie encore. J’aime bien cette petite fille attachante et rigolote.

pi

Sur les traces du père-Noël (1994)

Un jour, Scott Calvin, un père entretenant des rapports difficiles avec son fils Charlie, qu’il ne voit plus qu’épisodiquement, vit une veille de Noël inattendue ; après avoir glissé de son toit, le père Noël le désigne pour le remplacer. D’abord hésitant, Scott monte finalement dans le traîneau, enfile le célèbre costume, et distribue les cadeaux ; après que Charlie et son père ont débarqués dans un atelier souterrain caché sous la banquise du pôle Nord, Bernard, l’un des elfes, révèle à Scott qu’il s’est officiellement engagé à exercer la profession de père Noël.

Le lendemain, contrairement à son fils, Scott est persuadé que toutes ces péripéties étaient simplement un rêve ; mais la réalité ne tarde pas à le rattraper ; en à peine quelques jours, il prend plus de trente kilos ; ses cheveux blanchissent rapidement, et une opulente barbe assortie vient orner son visage. Il finira par accepter son sort.

Plusieurs films familiaux mettent en vedette des enfants qui commencent à ce questionner sur l’existence du père-Noel. C’est notamment le cas dans Boréal Express. Ici, on opte pour le contraire : une mère qui voudrait que son fils cesse d’y croire. Un film où la magie de Noël opère et elle réussit à gagner tout le monde. Voilà de quoi nous faire croire au père-Noel pendant une soirée. La suite, Sur les traces du père-Noël 2 est très bien aussi. J’ai moins apprécié le 3e volet.

the_holiday

Les vacances (2006)

La Californienne Amanda (Cameron Diaz), directrice d’une agence de publicité, et l’Anglaise Iris (Kate Winslet), rédactrice dans un tabloïd Anglais sont toutes les deux déçues des hommes. L’une a été trompée tandis que l’autre est sans espoir ; elles décident (alors qu’elles ne se connaissent pas) d’échanger leurs appartements par Internet. Iris va ainsi débarquer dans une demeure de rêve à Los Angeles tandis que la distinguée Amanda découvre un cottage sans prétentions dans le Surrey. Les deux femmes pensent pouvoir passer de paisibles vacances loin de la gent masculine, mais c’est sans compter sur l’arrivée inopinée de l’éditeur Graham (Jude Law) – le frère d’Iris – dans la retraite de l’Américaine et la rencontre tout aussi fortuite entre le compositeur Miles (Jack Black) et Iris…

Ah ! Les comédies romantiques, ce n’est pas ce qui manque durant cette période à la télévision (comme tout au long de l’année, en fait.) Toutefois, parmi celles se déroulant durant cette période festive, il s’agit de ma préférée. Elle est trop récente pour être réellement un incontournable, mais il fallait bin mettre un film de filles… puisque j’en écoute plus que je ne le devrais.

50-noel-chez-les-muppets

Noël chez les Muppets (1992)

Scrooge n’a jamais eu qu’un seul but dans sa vie : s’enrichir. Maladivement avare, il a sacrifié ses amis, ses relations familiales, ses amours et son bonheur. D’une intransigeance brutale, il exploite sans vergogne ses employés. Haï et craint de tous, il vit en reclus. Mais la nuit de Noël, les fantômes de ses anciens associés, Jacob et Robert Marley, font irruption chez lui pour lui annoncer la visite de trois Esprits qui bouleverseront à jamais son existence : l’Esprit des Noëls d’Antan, celui du Noël Présent et celui des Noëls Futurs…

Impossible de passer un mois de décembre sans regarder au moins une adaptation du Conte de Noël de Dickens. J’aurais pu en nommer plusieurs, plus ou moins réussis. Mais celle-ci fait partie de mes préférés et je crois que c’est ce film qui m’a réellement fait connaître cette histoire (que je me dois réellement de lire bientôt. Promis, c’est sur ma liste de lecture prioritaire de 2013 !)

christmas-vacation-89-02-g

Sapin des boules (1989)

Cette année, Clark Griswold a décidé de fêter Noël comme il se doit : il va couper lui-même son sapin avec sa petite famille, il invite ses parents, ses beaux-parents, sa tante et son oncle, et il a même décidé de décorer la maison entière de 25 000 ampoules ! Mais tout ne se passe pas comme prévu : les ampoules refusent de s’allumer, son cousin Eddie débarque à l’improviste du Kansas, et il attend désespérément la prime de Noël qui lui permettra enfin de payer la piscine qu’il a commandée en secret !

Pour son côté comique, il m’était impossible de ne pas inclure ce classique.

tumblr_m44d0f4ZwT1rp6euco1_400

L’Étrange Noël de M. Jack (1993)

Jack Skellington, un épouvantail squelettoïde surnommé « le Roi des citrouilles » (Pumpkin King en version originale), vit dans la ville d’Halloween. En tant que maitre de l’épouvante, Jack occupe ses journées à préparer la prochaine fête d’Halloween.

Mais le terrible épouvantail, lassé de cette vie répétitive et monotone, décide de partir. C’est alors qu’il découvre la ville de Noël. Après cette aventure, il revient chez lui, avec une idée originale en tête : et si cette année, c’étaient les habitants de la ville d’Halloween qui allaient fêter Noël ?

Je vais être honnête avec vous, la première fois que j’ai vu ce film, je ne l’ai pas aimé du tout. Je ne l’ai même pas écouté au complet. Mais, depuis, j’ai eu l’occasion de le voir plus d’une fois et je me suis réconcilié avec ce film que, au final, j’aime bien.

 

De votre côté, quels films écouter vous, immanquablement, durant cette période?

Après 2 chroniques ciné, demain, si le temps me le permet, je vous présente un chronique de l’avent d’un genre différent… je crois que certaine de mes lectrices apprécieront.

 

À bientôt,
Sunflo

 

 

 

 

 

Publicités

5 réflexions sur “Avent 2012 – jour 17 : 10 films incontournables

    • Je crois que je l’ai écouté trop souvent de mon côté pour l’apprécier encore. Possiblement que, avec une pause de 3-4 ans de ce film, je retrouverai plaisir à l’écouter plus tard.
      Bonne soirée de visionnement 🙂 Bizz

  1. Pingback: Avent 2012 – Jour J | L'Univers de Sunflo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s