Anne… la maison aux pignons verts – L.M. Montgomery

Bonjour à tous!

Aujourd’hui, je vous parle d’un roman que j’ai découvert alors que j’étais adolescente. Il y a longtemps que je me dis que je devrais le relire. J’ai donc profité de quelques défis littéraires pour le sortir de ma bibliothèque.

En fait, puisque la tranche est blanche et que l’auteure est Prince-Édouardienne, ce roman est tout désigné pour la première session du défi « Aléatoire et loufoque ».

En plus, il répond très bien à la dernière question du challenge « Quelle est ta réponse » : quel livre recommanderiez-vous le plus? En fait, pour répondre à cette question, je ne pouvais puiser que dans les titres déjà lus : impossible de recommander un livre avant de le lire. Comme ce titre fait partie de ceux qui m’ont donné le goût de lire, il fait également partie de cette liste de titres que je recommande à tous. Par ailleurs, ce roman est obligatoire pour les Japonais étudiant la littérature étrangère alors que grand nombre de Canadiens n’ont pas eu l’occasion de découvrir ce classique. Bref, il s’agit d’un classique de la littérature jeunesse canadienne que tous devraient découvrir.

couv11819951

Anne… la maison aux pignons verts par Lucy Maud Montgomery
Anne of Green Gables (1908)
Éditions France-Loisir (1987)
277 pages

Synopsis

Née en Nouvelle-Écosse. orpheline à trois mois. Anne est récupérée par une série de familles d’accueil. Malgré la pauvreté, elle parvient à s’évader de sa sombre existence grâce à son imagination débordante. Elle lutte pour rendre les circonstances acceptables. recherche des âmes sœurs et trouve dans les livres une certaine consolation, tout en rêvant de fonder un jour sa propre famille. Curieuse, inventive, amoureuse de la vérité, Anne fait déjà preuve du sens de l’émerveillement et de l’espoir qui la caractériseront sa vie durant. Ce roman relate les événements à la fois tristes et loufoques de la vie de la rouquine à l’esprit débridé avant qu’elle ne se rende chez les Cuthbert, à l’Ile-du-Prince-Edouard…

 

 

Mon avis

Il faut dire que, malgré le fait que je connaissais bien l’histoire et qu’en lisant le titre des chapitres je pouvais facilement le résumer, je ne me suis pas ennuyée. J’ai aimé revivre les scènes marquantes, comme l’ardoise sur la tête de Gilbert et la scène de la belle au teint de lys. J’ai également pris plaisir à retrouver Anne et à l’accompagner durant ses cinq premières années à Avonlea, de 11 à 16 ans. Il faut dire qu’il est difficile de ne pas s’attacher à cette rouquine. D’ailleurs, à force de bêtises et de gaffes, cette jeune fille parvient à cheminer et à se faire apprécier de tous à Avonlea. Sa capacité à trouver le bon en chaque personne y est sûrement pour beaucoup.

Anne est une jeune fille passionnée à l’imagination débordante qui vit intensément ses joies comme ses peines. Elle peut voir la beauté en tout : les soirs comme les matins, les jours de pluie comme ceux ensoleillés, l’hiver comme l’été. Cela apporte un style poétique à l’œuvre qui ne manquera pas de charmer les lecteurs de tout âge. Lucy Maud Montgomery décrit bien les paysages, les modes de vie et parvient à nous faire voyager non seulement jusqu’à l’île du Prince Édouard, mais également dans cette époque, au début du siècle dernier. L’auteure nous dresse un portrait réaliste de l’époque ainsi que de la vie de village dominé, entre autres, par les commérages. Avec les descriptions détaillées et toutes en poésie, on peut facilement se laisser transporter dans cette belle région canadienne.

Les personnages sont réalistes et on s’attache rapidement à Anne, mais également à Marilla et Matthew, on apprend à apprécier Rachel Lynde et sa manie de se mêler de tout, on découvre avec plaisir Diana et, contrairement à Anne, il nous est impossible de détester Gilbert.

Évidemment, comme plusieurs titres jeunesse de l’époque, il y a un petit côté moralisateur. La présence de l’Église et la volonté de Marilla d’assurer une bonne éducation à sa protégée sont propices à cela. Toutefois, ce n’est guère dérangeant et ça cadre très bien avec la personnalité de Marilla. Il est donc facile de ne pas remarquer cet aspect. D’ailleurs, souvent, c’est Anne elle-même qui raconte ses mésaventures à Marilla, ce qui fait qu’on y voit davantage une adolescente prenant connaissance de ses erreurs et progressant par elle-même que l’aspect moralisateur entraîné par l’intervention d’un adulte. Avec la langue bien pendue d’Anne, c’est facile de se laisser entraîner dans ses différentes anecdotes.

Voilà qui ne me donne qu’une envie : lire le second tome et redécouvrir comment évoluera la relation entre Anne et Gilbert (surtout pour le 3e tome!), de refaire connaissance avec les nouvelles amies d’Anne et de voir comment elle se fera apprécié de ses élèves dans le second tome. Peut-être me laisserai-je convaincre d’aller chercher la version originale… de façon à mieux apprécier la plume de Lucy Maud Montgomery.

 

C’était là, ma dernière lecture de 2012…  🙂

À bientôt,
Sunflo

Lu dans le cadre des défis littéraires suivants :

challenge loufoqueQuelle-est-ta-réponseDestins de femmes

Publicités

4 réflexions sur “Anne… la maison aux pignons verts – L.M. Montgomery

  1. Cela me rappelle mes lectures d’enfance comme La Petite Maison dans la prairie ou encore Heidi. Je ne connais pas ce livre mais sans doute pourrais-je le lire à ma fille. C’est drôle comme certaines lectures restent en mémoire.

  2. Pingback: TTT – Les sags à poursuivre | L'Univers de Sunflo

  3. Pingback: Petit monde d'une accro des chats (et des livres) » Quelle est ta réponse – 3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s