Ils ont bien raison de s’esclaffer en me montrant du doigt

Bonjour !

J’ai du mal à vous partager mon avis sur Ils ont bien raison de s’esclaffer en me montrant du doigt de Claude Boisvert, un livre que je n’ai pas apprécié. Je ne le considère pas nécessairement mauvais, il n’est peut-être tout simplement pas pour moi. Je ne parviens pas à dire si c’est le style ou les histoires qui ne m’ont pas plu.

41mZcfUSXKL._SL500_AA300_

Ils ont bien raison de s’esclaffer en me montrant du doigt par Claude Boisvert (2007)
Éditions du CRAM (187 pages)

4e de couverture

Nouvelliste confirmé, Claude Boisvert publie, avec Ils ont bien raison de s’esclaffer en me pointant du doigt un recueil magistralement maîtrisé, au rythme encore plus soutenu, faisant de ce livre son plus abouti en carrière, et le classant définitivement dans le cercle restreint des maîtres de l’art difficile de la nouvelle. Ce recueil, son douzième livre en carrière, est son troisième ouvrage aux Éditions du CRAM.

 » Au fond, ils ont bien raison de s’esclaffer en me montrant du doigt : il n’y a qu’à moi que ça arrive, ces histoires-là ! Je les vois, tous, là, qui se gaussent ouvertement de mes idées à la noix. De mes concepts et théories sur la magie, les merveilles et tout ça. Et de mes écrits sur l’impossible. De ma façon d’être. Et de penser. De ma manière d’aborder la vie. La mort. Les apparences. Le reste de l’univers. Notre petitesse. Et tout le bataclan. Pour un peu, ils iraient même jusqu’à nier les tapis volants, les mages, les sorciers et les lampes magiques. « 

Mon avis

Je me suis acheté ce titre parce que le titre m’a intriqué. Je n’ai même pas pris la peine de lire la 4e de couverture, qui au final ne dit rien. Le « Récits et nouvelles humoristiques » sur la couverture, a suffit à me convaincre. Toutefois, le côté humoristique n’est pas très présent : aucune des neuf histoire n’est parvenu à me faire sourire.

Les histoires, de longueur variant de une à soixante pages sont variées. En fait, il ne semble pas avoir de fil conducteur entre chacune. Aucune de celles-ci n’a su m’accrocher et, dès les premières, je n’avais guère le goût de poursuivre ma lecture. J’en suis même venu à sauter des pages, ce que je ne fais pratiquement jamais. D’autres étaient plus intéressantes, mais pas suffisamment pour me convaincre. Il y en a même quelques-unes que je ne pourrais pas résumer tellement elles m’apparaissaient flous.

Le style m’a un peu embêté, entre autres à cause de l’abus de points de suspension.

Bref, je ne peux pas dire que c’est mauvais ; je suis certaine que plusieurs pourraient apprécié, mais, de mon côté, ce livre n’a pas su me plaire.

À bientôt,
Sunflo

Ce livre a également été lu dans le cadre des challenges suivants :

PàL à Zéro Où sont les hommes? ChallengeQc New Pal 2013

Publicités

6 réflexions sur “Ils ont bien raison de s’esclaffer en me montrant du doigt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s